• Histoire

Gastrovaud :
une recette à succès

Le 17 mars 1892 naissait au Café central à Lausanne l’ancêtre de l’association Gastrovaud : la Société cantonale vaudoise des cafetiers. Ses objectifs initiaux : s’unir, pour lutter contre le poids croissant de la fiscalité. Au fil des décennies, l’association multipliera rapidement le nombre de ses adhérents et développera ses missions.



Résister aux crises

Le premier siècle d’existence de Gastrovaud fut marqué par l’alternance entre des périodes de crise et de surchauffe. Les deux guerres mondiales en particulier placèrent la branche dans de grandes difficultés. Seuls les établissements proches de la troupe voyaient leur commerce progresser.



Développer la responsabilité sociale

A la solidarité patronale qui avait été à l’origine de l’association vint en effet s’ajouter, dès la seconde moitié du XXe siècle, la solidarité sociale. En 1942 fut ainsi créé un fonds d’entraide puis, en 1943, la première caisse d’allocations familiales des restaurateurs vaudois – appelée Hocar - d’entente avec la Société cantonale des hôteliers vaudois.



Professionnaliser la formation

Dans les années 1920 déjà, la formation aux métiers de la restauration occupait les esprits. Objectif : améliorer la qualité de l’offre et disposer d’un outil de sélection et de professionnalisation des acteurs de la branche. C’est en 1933 qu’elle se concrétisa, par l’instauration d’un certificat cantonal de capacité.



S’adapter aux changements, à l’évolution des goûts et des modes de consommation

Fière de ses traditions mais ouverte sur le monde, la restauration vaudoise s’est sans cesse adaptée à l’évolution des goûts et des modes de consommation. Non sans crainte certes…. Dans les années 30, on s’inquiétait par exemple de la concurrence des grands magasins qui « pratiquent la restauration à bas prix dans un but de publicité, pour attirer la clientèle »…